C6R
Convention pour la 6ème République

Accueil > Quelle VI° République et comment y parvenir ? > En marche vers la VI° République

En marche vers la VI° République

mercredi 14 mars 2012, par 80. Bernard VIVIEN

Mettre la 6ème République à l’agenda de l’élection présidentielle, tel était l’engagement que nous avions pris l’an dernier, à Jarnac, au cours de notre université d’été. Ce défi a été relevé et le pari réussi : ce vendredi 9 mars c’est dans une salle comble que le débat s’est engagé avec les représentants des candidats à l’élection présidentielle qui avaient répondu positivement à notre invitation.

Jean-Luc Mélenchon était représenté par Raquel Garrido, Eva Joly par Bastien François et François Hollande avait délégué...Arnaud Montebourg. Quant à François Bayrou, qui en 2007 s’était prononcé pour une réforme des institutions et parlait de 6ème République, il n’a même pas répondu à l’invitation.

C’est un débat d’une grande tenue qui s’est instauré entre la salle et les représentants d’Eva Joly, de Jean-Luc Mélenchon et de François Hollande. Un débat où l’attention et la participation ne faiblirent pas trois heures durant.

Pour nous, c’est un engagement tenu, un pari réussi de faire débattre entre eux des représentants de candidats non seulement sur l’enjeu de passer à une VI° République, mais concrètement sur les principes et droits à mettre en avant, les conditions à réunir et les moyens à mettre en oeuvre pour que le changement souhaité ne soit pas laissé aux seuls experts. Ce qui, de l’avis unanime, par delà les différences d’appréciation, nécessite à la fois d’obtenir des résultats concrets rapidement et de prendre du temps pour que le passage à une VI° république soit le résultat d’une avancée dans la pratique de la démocratie, et le fruit d’un véritable débat citoyen.

Cette rencontre a renforcé notre détermination en tant que groupe de pression et d’ores et déjà nous allons soutenir l’organisation de débats (certains sont prévus à Périgueux, à Dijon..., vous pouvez nous solliciter pour leur animation ).


de gauche à droite : Arnaud Montebourg (pour F. Hollande), Bastien François (pour E. Joly), Paul Alliès (président dela C6R), Raquel Garrido (pour J-L Mélenchon) et Edwy Plenel (Mediapart)

Les interventions des trois représentants et de notre grand témoin Edwy Plenel, interventions qui lancèrent le débat avec la salle ont été filmées.

Visionnez les, et réagissez, le site est là lui aussi pour faire vivre le débat.


"Comment passer à une 6ème République et... par Pour-la-6eme-republique


"Comment passer à une 6ème République et... par Pour-la-6eme-republique

Passée l’élection présidentielle, nous ne baisserons pas la garde, et nous comptons bien intervenir lors des élections législatives.

Nous remercions vivement les orateurs Bastien François, Raquel Garrido, Arnaud Montebourg et Edwy Plenel ; et tout ceux qui se sont déplacés car c’est à eux que revient le mérite du succès de cette rencontre.

Un résumé des interventions des trois représentants des candidats est aussi disponible ICI.

6 Messages

  • En marche vers la VI° République Le 15 mars 2012 à 10:36 , par Uguen bernard

    j’ai regardé les deux vidéos. Et en effet, vous avez de quoi être déçu.

    Malgré, la brillante entrée en matière de Plénel qui, en raison de sa désespérance citoyenne vis a vis de la déliquescence démocratique française, appelait à réagir fort et vite par un "grand coup" urgent et vital, les trois représentants des candidats ont quasiment enterré le projet de la C6R et reporté aux calendes grecques, une éventuelle nouvelle république.

    Malheureusement, il n’y pas de retranscription des questions de la salle, pour bousculer un peu les laborieux et insipides exposés de nos trois compères.

    Raquel du "Front de gauche" qui en appelle à une constituante élue au suffrage universel (!!!), dès l’élection de Mélenchon, pour établir une constitution ( 20 ans de débats fumeux) qui serait soumise à référendum. Son enthousiasme "sud américain", pour ne pas dire "bolivarien", s’évanouira sinon le lendemain de la manifestion de la bastille dimanche, plus surement le soir de l’élection du premier tour.

    Bastien François de EELV, qui veut un régime parlementaire mais avec un président élu qui réflechit au long terme avec une assemblée supplémentaire du développement durable du long terme (???), et des comités participatifs dans les lycées et autres assemblées ou parlement de jeunes pour éclairer l’oligarchie... Pourtant le programme de Joly est plus direct que ses vaporeuses considérations...

    Montebourg, qui maintenant est contraint de se satisfaire du "mandat unique" (vraiment unique ??? hum !!) des députés, d’un peu de proportionnelle , et autres propositions à minima, du programme de Hollande qui seraient discutés lors du mandat du Président Hollande. Bon, on verra bien plus tard, c’est un premier pas pour 2017 peut être... Et puis sachez bien que le PS étant majoritaire partout ( Sénat assemblée, exécutif, etc ..) il n’y a plus besoin de référendum. Tout cela , ça peut passer par la discussion parlementaire. c’et plus simple ... C’est bon, on a compris !!!! BASTA , on pourrait dire.

    De fait la vraie proposition nouvelle à la veille de cette élection de 2012, est la proposition de Bayrou de référendum institutionnel le 10 juin 2012 ( législatives de 2012, donc applicable aussi tout de suite sur le cumul des mandats). voir son discours ici ; http://www.mediapart.fr/journal/discours/francois-bayrou/25022012/maison-de-la-chimie-paris

    et mon appréciation ici ; http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-uguen/250212/le-10-juin-2012-une-date-pour-la-renovation-democratique

    La gauche est décevante et totalement désespérante...

    repondre message

    • En marche vers la VI° République Le 16 mars 2012 à 15:11 , par Bernard VIVIEN

      Chacun est libre de ses interprétations. Mais votre résumé des quatre interventions introductives est pour le moins lapidaire, celles-ci méritent à mons sens une meilleure écoute.
      Lors de la rencontre du 9 mars, par délà les sensibilités et doversité des propositions, la nécessité de passer à une VI° République faisait l’unanimité ; il n’y a pas été question sd’enterrement bien au contraire. Les débats ont montré l’importance qu’une nouvelle constitution prenne en compte la reformulation des droits de l’homme (de l’humain) et les nouvelles exigences de la démocratie citoyenne. En ce sens allait également l’intervention de Bastien François pour EELV. Avec un accord sur les mesures immédiates qui ne se limitent pas au seul cumul des mandats. ET aussi la conviction qu’une constution ne se vote pas en deux mois comme semble l’envisager François Bayrou qui n’a pas trouvé utile de se faire représenter à notre rencontre. Elle n’a de sens que si elle este l’objet d’un véritable débat démocratique (et non de vingt de palabres fumeux), ce qui, vous le confirmez, n’est pas encore considéré comme un temps nécessaire. Le citoyen doit se sentir responsable de cette nouvelle consitution, qui est le contrat du vivre ensemble et doit affirmer le retour de l’état de droit.
      Allier démocratie représentative et démocratie participative (pour parler vite - je veux parler de la participation des citoyens à la décision) ne se décrète pas. Ce sont des pratiques nouvelles qu’un ensemble de dispositions peut faciliter. PAr ailleurs, pour les participants au débat, en cela en accord avec l’intervention d’Edwy Plenel, grand témoin de la soirée, la conviction était acquise que sans alternance à l’élection présidentielle, l’esprit de la VI° République aurait du mal à prendre chair, c’est le moins qu’on puisse dire, et que chaque citoyen, chaque électeur devait prendre ses responsabilités..
      Vous pouvez aussi trouver un prolongement de ce débat dans la table-ronde publiée par l’Humanité datée de ce vendredi 16 mars intitulée "Faut-il passer à la VI° République ?", table-ronde réunissant Paul Alliès que je ne vous présente pas, Christian Piquet porte-parole de la Gauche Unitaire et du Front de GAuche et Jean-Vincent Placé, sénateur d’EELV.
      Cordialement

      repondre message

  • En marche vers la VI° République Le 18 mars 2012 à 15:10 , par winter

    C’est étonnant de penser que tous nos problèmes viennent de notre République et qu’il suffirait d’en changer pour changer notre mode de fonctionnement.

    C’est sans doute pour partie vrai, mais pour partie seulement

    La République n’est que l’outil au service d’idées, de stratégies, d’un système.

    l’éducation des masses doit permettre de faire évoluer notre système. Ce n’est qu’ensuite qu’on pourra changer de république

    http://www.mai2012.fr/

    repondre message

    • En marche vers la VI° République Le 18 mars 2012 à 16:14 , par Bernard VIVIEN

      Comme vous le dites "tous les problèmes " ne viennent pas que de la constitution et de la pratique qui en est faite et qu’elle autorise, favorise et entraîne. En changer ne saurait suffire. Mais ne pas se donner comme un objectif d’en changer garantit à coup sûr le maintien d’un fonctionnement non démocratique de la société.

      Et tout à fait d’accord sur le fait que l’implication des citoyens dans ce changement est une condition nécessaire.

      Aussi aucune opportunité permettant de mettre un terme aux pratiques actuelles du pouvoir qui s’exerce sans contrôle réél et nous éloigne chaque jour un peu plus d’un simple Etat de droit, ne peut ni ne doit être négligée. L’élection présidentielle est un moment important de ce point de vue. Les élections législatives aussi seront un moment important. C’est ce qui ressortait des échanges lors du débat du 9 mars.

      Ni maximalistes ni minimalistes, mais déterminés à changer pour qu’une Constitution nouvelle reconnue et appropriée par les citoyens puisse voir le jour au terme d’un processus d’élaboration démocratique. C’est avec cette ambition que la C6R poursuit son combat pour une VI° République.
      Bernard Vivien

      repondre message

  • En marche vers la VI° République Le 20 mars 2012 à 20:26 , par christal

    "La vraie démocratie ne viendra pas de la prise de pouvoir par quelques uns ,mais du pouvoir que tous auront de s’opposer aux abus de pouvoir ".
    GANDHI

    repondre message

Répondre à cet article