C6R
Convention pour la 6ème République

Accueil > Quelle VI° République et comment y parvenir ? > Aller vers une 6° République.

Aller vers une 6° République.

Brochure pour une diffusion large de la contribution de la C6R au débat en cours

jeudi 7 février 2019, par Bernard VIVIEN

Le Conseil d’administration de la Convention pour la 6° République a publié ici le 25 janvier dernier ses propositions pour avancer vers une 6° République, propositions qu’elle verse comme contribution au débat ouvert sur les institutions par le mouvement social des Gilets Jaune et ses principales revendications démocratiques.
Ces propositions ainsi que les trente propositions ont été regroupées dans une brochure qui a vocation à être diffusée le plus largement possible sur le web (sites, réseaux sociaux, et plates-formes du "débat national"). Nous la mettonsdonc à votre disposition ici en ligne dans une version qui est également imprimable.
Bernard Vivien.
7 février 2019

titre documents joints

3 Messages

  • Aller vers une 6° République. Le 15 février à 13:02

    Je n’adhère pas à ce groupe de prolongement de la vieille politique politicienne.
    Je ne vibre qu’à la prise en compte de l’amélioration du quotidien du citoyen.
    Ce qu’exclut votre groupe. Votre seul objectif écrit, construit et revendiqué c’est dépasser la 5ème République, effacer De Gaulle, promouvoir média-part et LFI.
    Lors de la mise en place de ce groupe avec Montebourg, j’avais envisagé un travail de fond portant sur les structures de la société et des institutions, sur la transformation de notre société , sur la mise en place d’un état fédéral, sur l’adéquation entre financement des services publics et leur efficacité.
    Hélas rien de tout çà, ni ici , ni au PS, ni à LaREM. 
    C6R est un mouvement politicien comme le sont tous les groupuscules égotistes. Le nombril n’est pas le centre de tout.

    repondre message

    • Aller vers une 6° République. Le 25 février à 09:08 , par Bernard VIVIEN

      Comme nous le rappelons en exergue sur le site, la C6R est une ONG et "une machine à transformer la République, c’est-à-dire à imposer des réformes dont la classe politique conservatrice ne veut pas". Elle lutte contre les travers de la 5° République. Serait-ce cela que vous appelez effacer De Gaulle ?
      Ici vous ne trouverez que des articles et propositions centrés sur notre objet social. Et si vous lisiez avec attention nos analyses et les communiqués du Conseil d’administration, vous ne pourriez pas avancer que nous faisons la promotion de Mediapart ou de la France Insoumise.
      Nous resterons fidèles à notre objectif et, quelles que soient les appartenances de chacun(e) d’entre nous, que nous respectons, nous ne dévierons pas et nous exprimerons toujours au grand jour en signant nos écrits.

      repondre message

  • Aller vers une 6° République. Le 18 février à 12:59 , par Christophe Perret

    Le projet de la C6R va dans le bon sens, mais ne va pas du tout assez loin. Les trente propositions ne sont pas à la hauteur des enjeux.

    Je demande qu’on rédige une nouvelle déclaration des Droits, qui utilise un langage universaliste, qui bannisse le lexique religieux, qui reconnaisse de nouveaux droits, qui détermine le cadre d’exercice de ces droits.

    Je demande qu’on rende sa souveraineté au Peuple, et qu’on mette en place plus de moyens pour qu’il puisse l’exercer directement, de la possibilité de se réunir en Sections à la création d’une plateforme en ligne participative.

    Je demande que les élections soient libérées du joug de la finance, et que le vote blanc soit reconnu.

    Je demande qu’on mette un terme à la pratique professionnelle de la politique et qu’on lutte de façon ambitieuse contre la corruption et les conflits d’intérêts.

    Je demande un Parlement plus représentatif, avec des législatives à mi-mandat présidentiel, un scrutin proportionnel avec prime majoritaire, un remplacement du Sénat par une Assemblée populaire constituée entièrement de citoyens tirés au sort.

    Je demande que le Gouvernement se charge indépendamment du Président de la République de la politique intérieure, avec l’élection du Chef du Gouvernement par les députés.

    Je demande que le Président de la République se concentre sur la politique étrangère et son rôle d’arbitre au dessus des clivages partisans, et qu’il soit élu au jugement majoritaire.

    Je demande un bicamérisme rationalisé, où les lois seraient examinées, débattues et amendées par les deux assemblées, votées seulement par la Chambre des députés, et approuvées par la réunion des deux assemblées. Que les commissions compétentes examinent les ordonnances avant la loi de ratification, que le vote bloqué soit supprimé, que le 49.3 se limite aux projets de loi de finances.

    Je demande que le pouvoir de dissolution de le Chambre des députés soit un pouvoir partagé entre le Président de la République et le Chef du Gouvernement. Que le Président de la République puisse être révoqué par le Peuple sur proposition de l’Assemblée populaire, et que l’Assemblée populaire puisse demander la dissolution de la Chambre des députés.

    Je demande que le pouvoir constituant soit confisqué aux partis, en étant confié à une assemblée convoquée spécialement à cet effet, dont les membres seront élus sur une liste de candidats tirés au sort.

    Je demande un pouvoir judiciaire véritablement indépendant, où certaines des fonctions aujourd’hui assurées par le Président de la République d’une part et le Ministre de la Justice d’autre part, le soient par un Chancelier élu par une majorité qualifiée des Représentants à l’Assemblée populaire.

    Je demande que la nomination des membres de la cour constitutionnelle permette d’assurer à la fois leurs compétences et leur impartialité (d’abord proposés par des magistrats et anciens conventionnels, approuvés par une majorité qualifiée des parlementaires et nommées par le Président de la République) et renforcer cette instance.

    Je demande que la Cour des comptes devienne Cour de l’Environnement, de l’Egalité et des Comptes.

    Enfin, que les membres des autorités administratives indépendantes soient tirés au sort pour une part et élus par un collège de grands électeurs d’autre part.

    repondre message

Répondre à cet article