C6R
Convention pour la 6ème République

Accueil > Quelle VI° République et comment y parvenir ? > Grèce : la mise en échec du théorème de Prodi

Grèce : la mise en échec du théorème de Prodi

mardi 30 juin 2015, par Bernard VIVIEN, Paul ALLIES

La décision du gouvernement et du parlement grec de soumettre à référendum les propositions de ses créanciers le 5 juillet prochain va peut-être sortir l’Union européenne d’un mode de fonctionnement échappant, in fine, à tout réel contrôle démocratique des institutions et des décisions qu’elles prennent "au nom des citoyens européens". La question est posée depuis longtemps comme le rappelle dans ce billet, Paul Alliès en reprenant, pour commenter la décision des Grecs, un passage écrit en 2005 dans son ouvrage "une Constitution contre la démocratie ?". Bernard Vivien

29 juin 2015 | Par Paul Alliès - Mediapart.fr
Le recours au référendum décidé par le gouvernement grec marque la fin d’un cycle de dépolitisation de l’Union Européenne que le projet de « Traité Constitutionnel » avait voulu rendre définitif, nonobstant son rejet populaire.
Je cède pour une fois au vice de l’auto-citation :
« L’Europe réalise la vieille utopie des libéraux les plus radicaux : soustraire la décision économique au pouvoir du législateur ; placer l’économie hors de portée de la responsabilité politique ; diviser le pouvoir en organes fortement indépendants les uns des autres ; rendre difficile et aléatoire le contrôle démocratique des institutions issues du suffrage universel. Sera ainsi achevé le système que saluait déjà Romano Prodi lors de son investiture en décembre 1999 devant le Parlement de Strasbourg : « L’action menée au niveau européen permet d’éviter les pressions directes des cycles électoraux nationaux ». Cet aveu ne fait qu’exprimer la défiance si répandue parmi les « experts » vis-à-vis des gouvernements toujours virtuellement démagogues alors que les comités, agences et règles de l’Union seraient l’expression de la raison et du bien public européen. Y déroger ou les critiquer serait toujours préférer le chaos aux avancées de la construction communautaire. Le plus effarant est qu’il se trouve une « gauche modérée » dont Blair est la figure de proue qui accepte silencieusement cette dépolitisation de l’économie alors que le problème de l’heure est de mettre un terme à la liberté absolue du capital.
C’est donc bien une question essentielle qui est jeu, celle de la démocratie représentative et de la sauvegarde de ses principes fondateurs. (…). Il est venu le temps de dénoncer l’ingouvernabilité et la dépolitisation de l’Europe pour lui donner un nouvel élan démocratique. »
Paul Alliès. Une Constitution contre la démocratie ? Climats. 2005. 228 p.
URL source : http://blogs.mediapart.fr/blog/paul-allies/290615/grece-la-mise-en-echec-du-theoreme-de-prodi

Répondre à cet article